Le choix de l’orientation scolaire

Le choix de l’orientation scolaire

La dernière ligne droite pour le compte de l’année scolaire 2020-2021 est amorcée depuis hier pour les élèves, et le choix des différentes séries est déjà connu de tous.

Il faut rappeler que la loi n° 98 / 004 du 14 avril 1998 portant orientation de l’éducation au Cameroun assigne à l’éducation une mission générale qui est : la formation de l’enfant en vue de son épanouissement intellectuelle, physique, civique et moral pour une insertion harmonieuse dans la société en prenant en compte les facteurs économiques, socioculturels, politiques et moraux. Aujourd’hui, l’école connaît des dérives comportementales qui impact sur l’environnement scolaire et par extension sur la société.

Le rôle du conseiller d’orientation est d’intervenir auprès des jeunes, mais des adultes pour les informer et les guides dans leurs choix de carrière. Il va sans dire que ce choix ne saura se faire sans l’accompagnement psychologique d’un conseiller d’orientation qui puisse être celui ayant suivi une formation au préalable et être sortie de l’Ecole Normale Supérieur.

 De ce fait, il faut déjà savoir sur quelle base orienter l’élève que celui-ci fasse les études techniques ou encore générale, savoir si son choix impactera sur le marché de l’emploi ou encore le regard plus poussé sur les écoles de formation professionnelle afin de mieux s’outiller à des métiers du futur. Voila autant de préoccupations qui mettent souvent les jeunes apprenant en difficulté.

Mme MINDJA Nadège dans sa posture d’élève conseiller d’orientation à l’école Normale Supérieur de Yaoundé, actuellement en stage au lycée de Ngousso Ngoulmekong, nous confie sa pensée « l’orientation d’un élève se fait sur la base de ces aptitudes, ses compétences, ses performances scolaires et ses aspirations professionnelles tout en prenant en compte ses faibles. L’offre d’emploi étant déjà diversifié manque une main d’œuvre compétente, pour la plus tard il y a des compétences théoriques mais très peu développe des compétences pratiques, ce qui fait qu’on a très peu de techniciens mais beaucoup de généralistes. Il n’y a pas véritablement une adéquation entre la formation professionnelle et la pratique professionnelle c’est-à-dire que beaucoup d’école ne sont pas connectées aux entreprises…… » c’est l’occasion ici de rappeler aux parents que la réussite professionnelle de leurs enfants met en relief les compétences théoriques qu’ils devraient associées à la pratique selon leurs aspiration professionnelle.

                                                              

Sandrine MBAMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *